La sélection Fancies du printemps-été 2020

L’univers de la fantaisie galvanise le printemps été 20 avec une énergie joyeuse et exubérante.

Les dessins revendiquent la liberté du trait ou du pinceau, les échelles sont grandes, les supports légers voire translucides et les colorations aussi pétillantes qu’expérimentales ! Les décors du quotidien se reconcentrent sur les petites pièces, les robes et pantalons. Les fantaisies du soir s’apaisent dans les graphismes et favorisent la douceur visuelle, et les effets tactiles. Les surfaces s’illuminent uniformément et se parent de reflets irisés.

Impact fleuri

Les fleurs du printemps été 20 ne jouent pas les délicates ! Elles font du tapage, hautes en couleur, dessinées à grands gestes énervés, débordantes et excessives, ou percutantes en aplats déterminés. Des fleurs familières, des fleurs des jardins et des marchés, des brassées de pensées, d’anémones, de pâquerettes et marguerites tournoient et s’épanouissent généreusement sur des fonds colorés, fluides ou transparents. Dans les jacquards surlignés de fluo, elles virent à l’artificiel sans hésitation et dans les dentelles, elles piquent ! Les fleurs de la saison s’expriment aussi bien et fort en version pop, bicolores ou tricolores. Plus cotonnières, elles sont découpées, détourées, imprimées en aplats nets, brodées en rythme sériel, elles dessinent des guipures graphiques et pleines et des broderies anglaises pimpantes.

 

Vagabondages lointains

Les dessins au feutre, brosse et pinceau interprètent les codes de l’ethnique en s’écartant des poncifs. Les géométries souples et peintes à la main s’inspirent aussi bien des boubous, des motifs vaudous ou de l’esthétique Tiki que de la peinture cubiste. Les fleurs exotiques saturées de couleur et les Madras survoltés explosent visuellement tandis que les palmes et les feuillages luxuriants sont observés de nuit et cultivent l’inquiétude. Le paréo rencontre le foulard avec des dessins très composés qui disposent soigneusement créatures mystérieuses et végétation. Zèbres, girafes et perroquets surgissent en illustrations humoristiques et leurs peaux et plumages sont librement réinterprétés. Broderies et dentelles tribales s’articulent en aplats graphiques, en triangles et losanges abstraits.

Rayures allègres

Tout sauf classiques ou sages, d’inspiration club ou transat, elles vivifient les soieries et cotons du quotidien en harmonies joyeuses et larges rapports. Elles renouvèlent les dentelles et s’additionnent aux plissés pour créer une géométrie en mouvement. Croisant l’impression et la soierie, les rayures de l’été 20 interfèrent sur des supports déjà imprimés, les motifs sont hachurés ou barrés, les fleurs jouent à cache-cache sur tissages opaques/transparents.

Surfaces précieuses

Irisées, saupoudrées, cristallisées, les dentelles, broderies et soieries exposent leur richesse en brillances monochromes et métallisés tamisés. Les dessins disparaissent dans la lumière des fils, les dentelles pétillent comme du Champagne ou sont escamotées sous les perles et paillettes, les broderies et guipures se parent d’écume de nacre, le brut se confronte au précieux.

Flou artistique

Un voyage dans l’incertain et le mouvant qui positionne les jacquards, les organzas et les soieries opulentes dans une simplicité très poétique. Les tissus du soir cultivent avec gourmandise l’ambiguïté entre l’uni et le décor. L’oeil se perd dans les dilutions sans contour, dans les couleurs délicates imperceptiblement changeantes, dans les longs dégradés sur toute hauteur ou toute laize et les impressions au spray aquarellées. Pour le quotidien, les tie & dye pâlissent et se délayent, les taches se diffusent en transparence.

Article suivant La sélection Essentiels du printemps-été 2020

ArticlesConnexes

La sélection Sport & Tech du printemps-été 2020

La sélection Smart Creation du printemps-été 2020