La sélection Designs du printemps-été 2020

Un été 2020 où les dessins s’expriment avec le panache et la force de la couleur : Joués en bi ou tricolores, l’impact des fleurs, mais aussi des géométries et d’abstractions est maximal, pour dégager une atmosphère de plein été ! Ils se tracent en aplats pleins ou en filtres, et laissent vivre la trace du pinceau et de la peinture, toujours en associations percutantes. Issues d’un autre monde, des bouquet piquants et acides côtoient des fleurs stylisées, agencées avec précision, et élégantes en colorisation. L’imaginaire continue d’inspirer allégrement, des animaux de la savane se mélangent à d’inquiétantes jungles et forêts tropicales, et la ville de nuit évoque des interférences binaires graphiques.

La couleur en étendard

La couleur est jouée avec éclat, et les motifs en aplats sont de si large échelle qu’ils rendent le dessin presque abstrait : Les feuillages, floraux, fruits mais aussi rayures et carreaux frappent l’œil par des combinaisons singulières, des préconisations de placement et des traitement graphiques vivifiants : Collages et agencement d’aplats graphiques ultra nets ou pleins, mais aussi textures picturales tel la trace du pinceau ou d’un feutre irrégulier, rendent les motifs vivants. Des jeux de superpositions de filtres dynamisent les surfaces et créent de nouvelles couleurs.

Fleurs dérangeantes

Associations dissonantes pour des floraux grinçants, comme issus d’un autre monde : des pétales extravagantes et extraterrestres illuminent en touche des fonds assombris, des bouquets disséqués font émaner une atmosphère d’étrangeté et des tracés acérés viennent croquer des sertis floraux méchants.
La rayure se mélange parmi eux, et crée des alternances dynamiques et colorées.

Bestiaire fabuleux

Animaux et insectes aux parures fabuleuses se dessinent avec beaucoup d’humour et d’imaginaire. Ils investissent les surfaces et sont tracés avec précision, délicatesse et agilité.
Chimères issus de l’antiquité, bestioles des forêts enchantées et faune des tropiques lointaines sont autant de sujets d’expression choisies par les dessinateurs.

Vibrations pointillistes

Tel un impressionnisme numérique, les micro géométries brouillent la vue et pétillent comme des interférences digitales. Les mini graphismes s’agencent, s’intercalent et se superposent en répétition et décalage. Des lumières cubiques et géométries arrêtées s’alternent de manière aléatoire ou algorythmique dans une ambiance urbaine élégante.

Ethniques graphiques

Des influences indonésiennes et africaines insufflent un exotisme dépaysant : les fleurs bien rangées, se stylisent et se mélangent aux géométries. L’intérieur des pétales ou les contours sont parés de petits points. Les sertis sont nets et précis, parfois élargis, et les histoires se racontent en médaillons sur des fonds structurés et géométrisés.