Subtiles imperfections

A l’heure du visuel omniprésent, souvent très voyant et pensé pour l’efficacité d’un impact immédiat, le jean, à contre-courant,  se met au diapason de la nature et nous propose des irrégularités très douces qui rendent la matière vivante et nous parlent de respect, de beauté, de durabilité.

  Andre_Boussard_2

Pour cette saison printemps été 2020, les tisseurs élaborent des mélanges raffinés qui rapprochent le denim de la nature en puisant dans ses matières, ses effets irréguliers sans heurt, ses textures aux reliefs mesurés, ses touchers sensibles et délicats.
Qu’on imagine la terre d’un champ faussement lisse, les herbes denses à peine parcourues du souffle imperceptible de l’air par un jour de beau temps; voilà notre décor, le territoire imaginaire irriguant des envies de tissus discrètement mouvants, parcourus d’une vibration tactile, travaillés par le temps et la main, porteurs de traces infimes, savamment décontractés.

Le lin, employé principalement en mélange, fait vivre les surfaces d’irrégularités fines, donne du caractère et de la fraicheur aux touchers. Sa couleur écrue naturelle, mêlée au fil de coton indigo, crée un rendu joliment patiné.
En 100% coton, c’est le choix des fils qui permet l’obtention de ces imperfections ténues : flammes et flammèches viennent brouiller les diagonales rigoureuses, provoquent un désordre subtil dans les nattés et les armures ouvertes.

denim1

Outre le travail de la matière invitant le lin dans les mélanges et intégrant des fils de coton à reliefs variables, l’irrégularité est aussi cultivée par de très légères égratignures, dont le but n’est surtout pas de mettre à mal la matière mais bien au contraire de la valoriser, d’en souligner le caractère vivant. Les griffures sont infiniment délicates, elles effleurent les surfaces et se révèlent en délavages les plus doux possibles, juste pour laisser la lumière accrocher les volumes d’effilochages s’échappant des extrémités comme de petites brindilles. Chatouiller sans altérer.
Le jean printemps été 2020 accompagne notre recherche de symbiose avec la nature en incorporant sa beauté faite de calme mâtiné de tempérament. La construction même des tissus induit une palpitation de la matière, un supplément de vie et de raffinement, qui participent à l’invention de vêtements à l’élégance détendue et aux finitions léchées, de pièces flottantes qui s’émancipent et continuent à s’éloigner du corps.

Subtiles irrégularités

Article précédent Bain de lumière pour le denim Article suivant Printemps-été 2020 : la saison est ouverte !