GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

GLOBAL EVENTS FOR FASHION PROFESSIONALS​

La Mégisserie Richard œuvre pour un cuir haut-de-gamme engagé pour la planète

La Mégisserie Richard met un point d’honneur à assurer la haute qualité de ses cuirs ainsi qu’un impact de plus en plus faible sur l’environnement lors de leur fabrication tout en proposant des créations innovantes chaque saison.

Megisserie_Richard_01

Maison spécialisée dans la fabrication sur mesure de cuirs d’agneau plongé haut de gamme et proposant plus de 60 coloris et des quantités de commande minimum 1 peau. La Mégisserie Richard travaille plus particulièrement les peaux d’agneaux de bonnes origines telles celles d’Aveyron en France et Entrefinos en Espagne. Ces peaux, le plus souvent traitées façon nappa, le fameux « plongé » de Millau, peuvent aussi être traitées façon velours.

Depuis 2006 la nouvelle unité de production ultra moderne est spécialement conçue pour répondre aux nouvelles normes concernant l’environnement. Tous les finissages sont réalisés sans solvant, l’approvisionnement en matière brute favorise les circuits ultra courts et des projets de traitement des eaux innovants sont en cours.

Les recherches s’orientent vers des grains mécaniques, et des grains naturels ou irréguliers habituellement peu présents sur ce support agneau. Développement également sur des aspects « brillant perlato ».

Dernières nouveautés mode :

  • Article grain Flotteur : agneau avec grain mécanique évoquant le grain naturel du cuir de cerf, avec la souplesse du cuir d’agneau. Débouché visé en priorité : chaussures.
  • Article Socire : agneau plus épais, avec finissage couvrant, présentant une meilleure résistance. Débouché visé : sneakers.

 

 

  • Article grain foulon : agneau foulonné à sec présentant un léger grain dissimulant les petits défauts de piqué
  • Article Perlato : Agneau avec finissage brillant perlé, présentant un subtil effet nacré. Elégant et chic, il est aussi plus résistant. Application : maroquinerie.

 

Article précédent Juillet 2018 : toujours plus de cuir Article suivant Une extravagance finement maîtrisée