Pour l’Intelligence de la Main

Créée en 1987 par André et Liliane Bettencourt et leur fille Françoise, la Fondation Bettencourt Schueller entend encourager et accompagner des projets dans les domaines scientifique, culturel, ou encore humanitaire et social.
Un programme de prix variés a été mis en place, récompensant, entre autres, jeunes chercheurs et ensembles de chant choral, et s’engageant auprès de projets tels que les films de Jacques Perrin et les programmes d’enseignement au Collège de France ou à l’Inserm.
Avec son prix « Pour l’Intelligence de la Main », la Fondation entend également rendre un hommage aux métiers d’art et soutenir et transmettre les savoir-faire d’exception. Le concours Talents d’Exception récompense par une dotation de 50 000 euros la réalisation d’une œuvre se distinguant par ses qualités esthétiques, mais surtout par son caractère innovant et sa capacité à incarner les techniques, le savoir-faire, et le métier qui lui ont donné naissance. Le concours Dialogues favorise quant à lui les échanges et la collaboration entre artisans d’art et artistes, designers ou architectes et récompense le duo de lauréats par une donation de 50 000 euros.
Fabre & Lavaur, Gants Mary Beyer, © Fondation Bettencourt Schueller 2
Lorsque la Fondation met le textile à l’honneur en 2008, elle récompense le « Phalaenopsis », une orchidée papillon entièrement réalisée à la main et brodée à l’aiguille par Emmanuelle Dupont ; en 2009, la brodeuse et créatrice textile Aurélie Lanoiselée compte parmi les « 10 Artisans à l’honneur » avec ses broderies baroques et transgressives, aux côtés notamment des gantiers de haute facture Françoise Fabre et Jean-Marc Lavaur (officiant en collaboration avec la créatrice Mary Beyer), incarnation plus que littérale de cette fameuse « intelligence de la main ».
Fabre & Lavaur, Gants Mary Beyer, © Fondation Bettencourt Schueller 3