Qu’est-ce que la modernité?

inclusion
Quelques réponses de la sound box

Leather , Hall 3, Allée i


Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, Paris  
« La modernité est un mot mal utilisé par les acteurs de la création. Est moderne ce qui n’est pas fondamentalement classique. Ce qui appartient à un moment de recherche : les années 1920 ou 1930 pour les Arts Décoratifs, par exemple. Depuis les années 1980, nous sommes pervertis par le syndrome de la nouveauté. Peut-être que ce qui est moderne ne se voit pas. Aujourd’hui les studios de création ne veulent pas entendre parler du passé alors qu’ils ne travaillent que sur ce passé. Il y a quelque chose de trouble dans la définition du temps en mode. »

François Bernard, consultant, agence Croisements 
« J’ai une nostalgie de la modernité. Celle-ci est un style récurrent : la Grèce de Périclès, le xviie siècle, les Années 1930. C’est une envie d’aller tous ensemble vers le futur, de renouveler la manière de faire. Il me semble qu’aujourd’hui notre monde est trop diffracté, trop individuel pour offrir une vraie modernité. En revanche, il y a une confiance dans l’imaginaire et l’émerveillement, dans un autre dialogue. Cela peut nous annoncer un futur plus sensible. »

Philippe Trétiack, urbaniste et grand reporter
« L’apanage du moment, c’est la confusion. Les choses bougent, c’est certain, mais dans quel sens ? La crise de la vitesse semble évidente. Comment, par exemple en architecture, avec nos matériaux pérennes et lourds, rendre compte d’un univers en mouvement et dématérialisé ? Tout fonctionne à la pulsion et en même temps, tout ce qui est impulsion est ultra contrôlé. Il faut se décider vite sur des choses qu’on a déjà décidées pour vous… » Des bouts de papier, des fils, des perles, mais aussi des confettis, des languettes de canettes égarées et des fragments de CD nostalgiques : emprisonné dans la résine, c’est tout un monde qui prend vie dans les nouveaux boutons incrustés de Jim Knopf (Accessories). Chez Ricamificio Vanoni (Fabrics) apparaissent des broderies captives : par un jeu de couches vertigineux, mélangeant transparences et ajourés, sont incrustés des motifs brodés sur des bases en filet évanescent ou en crêpe de soie impalpable. L’effet ? Déstructuré et technique, romantiquement futuriste.