Wearable Lab épisode 1 : l’exposition qui respire la tech

Découvrez l’exposition Wearable Lab, Hall 5 : 

Une exposition de 10 œuvres expérimentales et inspirationnelles – vêtements et accessoires – témoins de l’ébullition de la scène Fashiontech depuis les dix dernières années :

Rainbow Winters, Thunderstorm dress, 2009 (Angleterre) : Intégrant un capteur sonore et composée de panneaux électroluminescents, cette robe s’illumine à mesure que le volume sonore environnant autour d’elle augmente.

Ying Gao, Incertitudes, 2013  (Canada) :  Grâce à un système de tracking sonore détectant la voix du spectateur, les épingles sur la robe sont mises en mouvement, créant une conversation remplie d’incompréhensions et de doutes entre l’habit et celui qui le regarde.

Ezra+Tuba, Butterfly dress, 2016 (Turquie), en partenariat avec Intel et Magic Flyer International : Butterfly Dress est l’une des dernières créations conçues par le duo de designers turques Ezra + Tuba. Fabriquée dans un tissu jacquard entrelacé de fibres Lurex métalliques, cette robe haute-couture est ornée d’une quarantaine de papillons, animée grâce à des éléments électromécaniques fabriqués à la main et activés par Intel Edison, un ordinateur de quelques centimètres. Grâce à un système de capteurs de proximité, la robe détecte les mouvements à 30 mètres autour d’elle : les papillons réagissent alors, frétillant puis s’envolant à mesure que les personnes approchent.

 Anouk Wipprecht, Drinkbot dress, 2016 (Pays-Bas) : Dernière création de l’artiste, la Drinkbot Dress de Anouk Wipprecht est une robe qui possède un savoir-faire très singulier : celui de faire des cocktails.

Nervous System, Tetra Kinematics 120n et Silver Orchid Necklace , 2013 et 2014 (USA) :  Silver Orchid Necklace est un bijou en argent, imprimé en 3d, dont la symétrie bilatérale rappelle la caractéristique de l’orchidée et dont le motif complexe de perforations évoque les structures cellulaires.  Tetra Kinematics 120n est un bijou asymétrique en 4d, composé de 120 composants tétraédriques uniques en plastique de nylon.

Pierre Renaux, collection Liquidation totale, 2013 (France) : Pièce maîtresse de cette collection, les chaussures – imprimées en 3D chez iMaterialise – évoque aussi l’idée de mutation en s’inspirant de l’osthéoporose, ce phénomène corporel qui fait perdre de leur densité aux os : « j’ai trouvé étrangement sublime l’idée qu’avec l’âge, la structure même du corps de la femme s’anéantisse. »

 Sarah Angold, Kingla Com, Magic LingYu et Coronam, 2016 (Angleterre), en partenariat avec Avery Dennison : Présentés ici pour la première fois en France, les bijoux high-tech de Sarah Angold  visent à améliorer la relation entre le consommateur et le produit.  Le dispositif complet comprend un miroir interactif connecté. Ce miroir intelligent détecte le porteur du bijou et lui propose alors différentes interactions : affichage d’informations précises sur l’origine et la fabrication du bijou, simulation de différents éclairages, renseignements sur la collection complète, acte d’achat…

Ezra + Tuba, Chameleon Effect, 2016 (Turquie) :  Chameleon Effect est un sac évolutif, créé par les designers turques Ezra+Tuba et exposé pour la toute première fois. Ce sac a pour spécificité d’avoir une apparence pouvant se transformer en temps réel. Grâce à une simple application – à télécharger sur son smartphone -, le propriétaire du sac peut en effet changer l’allure de son sac, parmi une sélection de vingt couleurs et vingt motifs différents.

 En savoir + sur Wearable Lab