Teinturiers de Paris, un service premium

2 vison blanc et vert tie & die Teinturiers de Paris

Nappe de flancs de petits gris

« La fourrure est bien revenue sur les podiums » affirme Maxime Claret, pdg des Teinturiers de Paris. Pourtant, sa société, refondée après la fermeture de Cipel en 2011 à partir de la même activité, est près de cinq fois moins importante. La faute aux délocalisations qui ont dévasté ce secteur comme tant d’autres dans l’Hexagone depuis plus de trente ans. Mais l’essor du luxe français et les désillusions des donneurs d’ordre sur la qualité de prestations chinoises en particulier ont incité ces derniers à relocaliser cette production à façon. D’où la naissance des Teinturiers de Paris il y a trois ans et son beau développement depuis sa création.

« Les pelletiers, fournisseurs de marques de mode, nous commandent toutes sortes de travail sur diverses fourrures, vison, renard, astrakan, zibeline, chinchilla, marmotte, castor ou lapin. Cela va du simple tannage des peaux ou leur teinture, jusqu’aux finitions les plus sophistiquées telles que le rasage, l’éjarrage sur le vison, la gravure au laser pour sculpter la fourrure ou n’importe quel finissage du côté chair transformant la peau en double face » explique le jeune dirigeant. Si les grandes maisons françaises sont souvent les destinataires de ces prouesses, près de la moitié du chiffre d’affaires est réalisé avec des clients étrangers, de Russie, d’Allemagne, de Grèce, d’Italie, de Hong Kong, des Etats Unis et du Canada notamment. Un signe de reconnaissance pour la qualité du travail de Teinturiers de Paris qui ne trompe pas.