Synthèse des orientations Mode Automne Hiver 1819

Chaque saison, Première Vision Paris propose une expertise mode unique, ainsi qu’une information et des orientations saisonnières exclusives, élaborée par l’équipe mode de Première Vision, et présentées à travers 13 forums, sur près de 5 000 m² d’espaces dédiés.

Pour la saison automne hiver 1819, au cœur de la dernière édition de Première Vision Paris (19-21 sept. 2017), les orientations mode se sont exprimées avec éclat sur les différents forums et lors des différentes conférences mode.

1-DF1_5951

Synthèse des orientations mode

Une saison sous l’égide de l’énergique “cloud of fashion” qui initie de nouvelles complémentarités entre visuel et toucher, digital et matérialité.

Une saison qui inscrit la mode dans sa dimension la plus exigeante, celle qui fait appel à l’émotion et à la création, celle qui porte une voix forte, parfois dérangeante mais toujours volontaire et sensible pour porter le futur vers une dynamique résolument positive.

Une saison chaleureuse et décalée qui devance, avec une effervescente créativité, de nouveaux vocabulaires visuels et tactiles.

Les matières et dessins font le choix de l’originalité, dérivent vers le décalage humoristique ou frôlent l’étrangeté.

Une saison qui pose en adage un ” rien n’est normal” charmant et rebelle, pour bousculer l’élégance d’insolence et dérouter la convention d’imaginaire fantasmagorique.

Une saison qui porte avec ampleur la responsabilité et le respect de l’environnement et dicte des réponses de plus en plus séduisantes et intelligentes. Une offre exceptionnellement créative et généreuse pour des silhouettes résolument mode et sexy.

 

Sakir_Yildirim_100x100_crawler

4-Berry 12-19 016 1

Couleurs

Une saison où la couleur s’exprime en message et pousse à la fronde anti noir avec des sombres et des nuances atténuées. Elle s’exalte en associations de super unis avec des teintes vivantes. Elle joue avec des couleurs vibrantes, de nouveaux changeants, des iridescences subtiles, et des effets nuageux propres et flous.

Un automne hiver où les produits mettent les sens en éveil et créent le trouble entre visuels et touchers, entre connaissance et reconnaissances. Ils défient le 2D et le 3D, et initient de nouvelles silhouettes prometteuses de changements profonds.

POINTS FORTS PRODUITS

 

Une finesse ferme

Quand fermeté n’est pas synonyme de raideur et finesse égale chaleur protectrice.

Des draps compactés, des feutres écrasés, des satins densifiées, des matelassés, scubas et molletons amincis. Des cuirs affinés et solides, des fourrures rasées, des composants aplatis, des rivets feuilles, des boutons plume, des zips bijoux.

Des étincelles de lumière

La matité laisse place à la lumière et à la luisance. La couleur se love dans les reflets des laqués et des surfaces poncées. La lumière s’invite en étincelles luminescentes au cœur des draperies, tweeds et bouclettes. Elle s’immisce en surface sur les crêtes des cuirs grainés, dans les interstices des matelassés et des emboutis. Elle se liquéfie et se propage en flaques huileuses sur des soieries et performants épais et coulants. Elle se saupoudre en métaux perlés et s’amuse en myriades stellaires dans les dessins, boutons et étiquettes

Un humour anti-conformiste

Une ampleur et un déterminisme au non conventionnel attise les décors, visuels et touchers. Les décors se détournent de la convention, les carreaux, tattershall et rayures dévient de leurs chemins ronronnant, ils se contorsionnent de fils fantaisies, se composent de matériaux parasites, de broderies insolentes ou humoristiques. Les dessins se floutent en brossages précis, s’aiguillettent aux plus improbables, se détournent en poilus, plastiques, à trou, doubles, superposés ou surimposés sur les tissus, cuirs ou accessoires.

Un penchant pour le bizarre

L’imaginaire pousse les frontières des dessins vers des univers fantastiques ou plus abstraits. Des paysages irréels, des fleurs envahissantes et plus grandes naviguent entre les fonds structurés et complexes. Des décors aux formes tourbillonnantes, hypnotisantes, des insectes étranges, des figuratifs inquiétants. Des motifs et fils fantaisies fantômes, extraits de l’ombre avec finesse pour des draperies, composants et bijoux mystérieux.

L’imagination invite le trouble en hôte de choix, joue entre le 2D et le 3D, fait mentir les mains même les plus expertes et fait osciller, avec engouement, les produits entre féminin et masculin, chemise ou veste, pantalon ou robe avec des poids troublants, des entre-deux volontaires et mutants.

Un excès de douceur

La douceur s’empare elle aussi de renouvellement, elle poursuit sa mutation avec des velours et cuirs plus souples, plus stretch, plus sportif, plus cabossés, plus gonflés, plus mélangés en matière. Elle se fait talc et souplesse, avec des draperies aux mélanges viscose et soie. Elle joue les cache-cache en doubles faces opposés, et met la peau lainée et les moutons retournés sur les devants de la scène. Elle se pare de floque et défie les références esthétique/ fonctionnel en donnant des caresses visuelles même sur des mousquetons, chaines et perles.