BEST Printemps Eté 18 / Points Forts

Premiers choix, coups de cœur et préférences : l’enquête Best menée sur Première Vision Fabrics recueille, analyse et relaye les réactions des acheteurs internationaux de tissus, sur chaque secteur et tous les marchés. Les tops couleurs et les axes tissus prédominants : voici les points de départ de la mode du printemps été 18.

DF2_9114


Une mode simple et directe. C’est le premier message envoyé par les acheteurs du printemps été 18. Leurs sélections : des tissus faciles à porter et faciles à vivre, aux visuels francs et reconnaissables, aux touchers réconfortants, souples mais adoucis, aux savoureuses fantaisies vitaminées. Rien de mièvre dans la saison. Simplicité ne signifie pas uniformité! Dynamisme, légèreté et conscience environnementale : voilà le trio gagnant.

 

Presque naturels

Frais, certes. Naturels, oui mais… pas tout à fait. Il faut un soupçon d’artificiel sous les attributs du végétal. C’est en tout cas le choix des acheteurs. Leurs lins préférés sont discrètement métissés de viscose. Les cotons se mélangent aux cupros et Lyocell, ou privilégient le bi-stretch. Bref, la touche de synthétique devient charmante pour l’été 18. Et si cela se voit, c’est encore mieux.

Tout en frémissements 

Uni, mais pas uniforme. Les surfaces neutres ne sont pas de saison. Les résultats de l’enquête Best pointent la demande de matières vivantes Les fantaisies prennent discrètement du relief. Le shirting ondule et frissonne doucement. Cette richesse tactile est recherchée partout : en draperies seersucker, en dérivés de piqués maille ou chaine et trame, en jacquards finement cloqués, en légers froissés pour les tissus techniques et en plissés fins pour les dentelles et impressions.

Besoin d’air !

Toujours plus léger. Tel est le leitmotiv des acheteurs sur Première Vision Fabrics. Un allègement qui mène à la frontière de la transparence sur tous les marchés. Particulièrement appréciés : les effets calques pour les tissus techniques, les voiles cotonniers, les filtres soyeux en unis ou fils coupés en jacquards. Les tissages allégés en draperie et les structures plus ouvertes en tissage fantaisie séduisent au féminin comme au masculin. De l’air tout autant recherché dans la fantaisie, ce qui fait le jeu des mailles ajourées, des dentelles résilles et des broderies anglaises agrandies.

Sous les tropiques

Un rêve de forêts tropicales et de profusion végétale, une frénésie de chlorophylle se sont emparés des visiteurs. Côté décors : feuillages au premier plan, parfois peuplés d’oiseaux, fleurs principalement exotiques, fruits charnus et savoureux. C’est un nouveau paysage luxuriant qui attire les créateurs de mode pour l‘été 18, autant dans des transcriptions graphiques épurées que dans des transpositions plus spontanées, en imprimé,  en broderie, en jacquard et même en dentelle.

Souplesse adoucie

Il faut toucher pour choisir. Cette fois, c’est pour vérifier qu’on est bien à la frontière voulue entre fluidité soyeuse et nonchalance casual.  Les mains sont aimées flexibles, rondes et dotées d’une certaine densité légèrement rebondissante. Les sélections favorisent donc les mélanges cupros, les laines très retordues, les crêpes vivaces bien que toujours adoucis en surface. Car cette souplesse doit s’allier au suave. Ce qui assure le succès des lavages, du jeanswear à la soierie. L’envie du moment ? Des sensations finement talquées.

Reflets subtils

La matité raflait systématiquement les premières places des sélections depuis plusieurs saisons. Voilà que la brillance fait à nouveau parler d’elle. Quelle brillance ? Plutôt des métallisés lavés à peine vibrants. Ou des shintz. Mais peu de laquages. En maille et en soierie, les scintillements, discrètement colorés, sont souvent rosés. Même chez l’homme, tant en draperie qu’en shirting, les doux reflets gagnent du terrain.