PV Awards 2016, les gagnants

SK1_3972-compressor
Olivier Gabet *”Ne pas être dans l’air du temps, mais pointer notre temps exactement”

* Directeur des musées des Arts Décoratifs (France) et Président du jury des PV Awards 2016

“J’ai découvert lors des PV Awards que les tisseurs et les tanneurs étaient en train d’inventer une nouvelle voie, avec des transformations futuristes apportées sur des bases anciennes traditionnelles.” Giampietro Baudo, rédacteur en chef MF Fashion, membre du jury 2016

“Dans les tissus présentés, j’ai été attirée par les touchers doux alliés à des visuels géométriques, par des choses étranges qui m’inspirent des vêtements…A la féminité triomphante” Maria Luisa Requena, consultante mode senior El Corte Inglès, membre du jury 2016

 

Fabrics, les gagnants

Grand Jury Prize fabric – Ventures (IN), Fabrics
Imagination Prize fabric – Henri Portier/Bennett Silks (GB), Fabrics
Handle Prize fabric – Luxury Jersey (IT), Fabrics

Leather, les gagnants

Grand Jury Prize leather- Dileather (IT), Leather
Imagination Prize leather- Anil Tannery (TR), Leather
Handle Prize leather – Sakamoto Corp (JP), Leather

 

 

Quelle ligne de travail s’est fixé le jury 2016 que vous présidez ?
Donner des prix, c’est une façon de dire des choses sur le monde d’aujourd’hui. Nous avons voulu être non pas dans l’air du temps mais représenter le temps lui-même,
pointer exactement notre époque et les années 2016, 2017, 2018….

Les décisions ont-elles été évidentes et consensuelles? 
Les membres du jury 2016 reflètent une diversité intéressante : des gens de la presse, des gens du métier mais aussi des amateurs éclairés comme moi. Nous avons vraiment pris des décisions, pas toujours consensuelles, mais vraiment parce qu’on avait envie de choisir le meilleur, parce qu’on voulait statuer sur des choses fortes.

Qu’est-ce qui fait la force des grands prix du jury de cette édition ?
Le Grand Jury Prize tissu est une sorte de résille de la société Ventures, avec des jeux de billes très belles, brodées les unes aux autres, mais toutes indépendantes, qui bougent chacune à leur rythme. C’est magique, et d’une subtilité totale. Je n’arrive même pas encore à comprendre comment ça fonctionne. On l’imagine dans de nombreux coloris, des associations diverses, des motifs peut-être figuratifs. Le Grand Jury Prize cuir va à Dileather, pour un cuir très puissant marqué de rayures, de
pliures irrégulières et de craquelures magnifiques, d’un vert émeraude très profond. Il a l’air d’avoir énormément vécu, d’avoir déjà été un manteau sophistiqué, avec pourtant quelque chose de très graphique et de très plastique.

Et les autre coups de coeur de ce jury ?
Les Handle Prizes ont en commun l’intensité de leur bleu nuit. Le tanneur japonais Sakamoto Corp a utilisé l’indigo pour une pièce chatoyante, très élégante, d’une grande
profondeur et au beau relief. Côté tissus, c’est un crêpe très dense, en maille, de la société Luxury Jersey, qui est récompensé. Une matière pas forcément évidente, douce et
âpre, un peu stretch, fluide et lourde à la fois. Les Imagination Prizes sont remis à une soie incroyable de la société Henri Portier, extrêmement visuelle, très « école française contemporaine ». C’est un satin imprimé à l’envers, dont l’impression durcit par endroit le textile rendant le tissu articulé. Et côté cuir, nous avons choisi une peau ultra lissée, ultra huilée, réduite à sa plus stricte vérité. Anil Tannery a créé là une sorte de parchemin d’aujourd’hui, à la fois transparent et souple, antique et très actuel.

Plus d’infos sur les PV Awards >