Portrait d’Exposants # 5 Leather

jcduchene
Jean-Charles Duchêne, directeur général et technique de la Mégisserie Alric, Première Vision Leather,
a choisi la couleur junky poussin de la gamme AW1718.

Être ingénieur tanneur

Jongler entre la technique de l’article et l’esthétique demandée… C’est le challenge quotidien du tanneur. Les grandes marques de luxe demandent aujourd’hui beaucoup à la matière, parfois au détriment de la qualité. Chaque lot de peau est différent, chaque teinte est différente, chaque client est différent. Nous devons donc nous adapter et réinventer la couleur chaque jour. Et réaliser alors que nous avons tous un oeil différent ! J’étais ingénieur dans l’Aérospatiale quand mon père a racheté la Mégisserie où il était directeur. Je travaillais déjà là les mois d’été, pendant mes études. Je l’ai rejoint en 2014. Je suis passé par tous les postes ; j’ai donc de la chance de connaître l’intégralité du processus de transformation de la peau, de l’abattoir à la machine à coudre. Ma mission phare aujourd’hui est, je pense, la conservation des savoir-faire. Évidemment, il y a le quotidien… La rentabilité est un sujet très stressant. La gestion, ou plutôt le pilotage du process, est une tâche très délicate ; tout problème peut virer à la catastrophe. Notre métier est une sorte d’artisanat industriel : nous n’avons pas droit à l’erreur et pourtant nous travaillons sur des procédés totalement empiriques. La non maîtrise totale est une chose très angoissante pour un technicien. S’ajoutent à cela les contraintes de l’éco-responsabilité. Mais j’aime à rappeler que nous, tanneurs, recyclons les déchets de l’industrie agroalimentaire… pour en faire un produit de luxe.