Être commercial

yoya

Yoya Matsuki, commercial chez Shindo, Première Vision Accessories , avec ses indispensables échantillons.

IL FAUT COMPRENDRE LA FABRICATION AVANT DE VENDRE.

J’ai donc passé 18 mois en usine, à apprendre comment on fabrique des rubans, avant de partir en Allemagne diriger le bureau de vente. Cette expérience est précieuse. Je pense qu’aujourd’hui, le plus important pour un commercial, c’est de savoir que même les commandes de dernière minute seront honorées, soit parce que l’usine est ultra réactive, soit parce qu’il y a des stocks importants ; c’est dans les deux cas, la force de Shindo. Adossé au fait, évidemment, que la qualité de nos produits est reconnue partout. Pour un fabricant comme nous, la créativité joue un rôle crucial. Le pire qui pourrait m’arriver ? Entendre un client dire à propos de Shindo : ils font toujours la même chose. Il faut créer, toujours, et s’adapter, tout le temps, pour tout. Comme il y a 2 ou 3 ans, au montage du salon, lorsque notre livraison n’est pas arrivée le jour de l’installation ! Toute l’équipe était là à 6h le lendemain matin, et à 9h, nous étions prêts.