Être artisan de la semelle

SK1_2108_bis
Marco Poletto, de Suolificio Veneziano, Première Vision Accessories, ESPACE SHOE FOCUS  et son image de la lune, chose que certains clients lui demandent parfois…

La semelle c’est l’invisible qui fait la sophistication de la chaussure.
En 1985 (nous fêtons notre 30e anniversaire), notre entreprise a été la première à fabriquer des semelles en cuir préfinies, notre spécialité. Étudiant, j’ai commencé à aider mon père pendant les vacances d’été. Je ne pensais pas poursuivre cette activité après la fin de l’école, mais plus le temps passait et plus je me passionnais. C’est bien mon père qui m’a transmis l’amour de ce travail. Et m’a appris que toute profession peut être formidable grâce à l’amour et à la passion du « bien-faire ». Aujourd’hui, j’interviens dès le développement des échantillons, en collaboration étroite avec les directeurs du style et de la production de nos clients, et je ne lâche rien sur le contrôle qualité des produits finis. Au fil des ans, nous avons développé des collaborations avec des marques réputées du luxe et de la haute couture.
Un de mes souvenirs préférés ? La première invitation que j’ai reçue pour un grand défilé, en tant que fournisseur. Un aboutissement flamboyant, résultat de l’assemblage de beaucoup de petites pièces dont la semelle. Grâce à ses investissements dans les nouvelles technologies, l’entreprise peut répondre aujourd’hui à des demandes plus diversifiées, toujours dans le domaine de la chaussure féminine haut de gamme. Mais même si nous utilisons des technologies très avancées, ma profession est encore très artisanale.