Les résultats du 1er baromètre Première Vision

thumbs_RB1_0143

Le Baromètre Première Vision a été construit sur la base des réponses des exposants, tisseurs et tanneurs, à l’enquête économique que nous leur avons adressée. Le positionnement du salon sur son marché, ainsi que le processus de sélection qui y est mis en œuvre, permet de considérer que l’ensemble des exposants de Première Vision Paris constitue une représentation internationale pertinente d’une offre de matières créatives pour une filière de la mode à valeur ajoutée. Pour la publication de ce premier résultat du baromètre, seules les filières représentant un ensemble de métiers cohérents – textile et cuir – ont participé à cette enquête.

Ce Baromètre Première Vision constitue donc un indicateur de l’activité de l’ensemble des entreprises qui participent au salon, et par extension de l’activité de la filière mode créative internationale. Il est constitué de deux indices le PREMIÈRE VISION TEXTILE INDEX pour l’industrie textile, et le PREMIÈRE VISION LEATHER INDEX pour l’industrie du cuir. Ces indices exprimés en % d’évolution des volumes de production permettent aux exposants de comparer la situation de leur entreprise par rapport à celles de leur secteur. Dans les résultats ci-après, le Baromètre Première Vision est comparé avec un indice mondial de production de produits textiles et de produits cuir, qui est publié par l’Organisation des Nations Unies, indice UNIDO. Il permet ainsi de mesurer l’activité du secteur des matières créatives par rapport à celle de la production mondiale de textiles et de cuir.

Résultats et analyses des index Première Vision en 4 points clés

1/ L’activité des tisseurs et tanneurs a été en croissance en volume en 2015. Une donnée positive sachant qu’en 2015 et pour le début 2016 la consommation d’habillement est en recul presque dans tous les pays d’Europe, stable aux Etats-Unis, et en difficulté dans les BRICS.

2/ Le marché des matières créatives est plus dynamique que le marché mondial. Un résultat là-aussi positif qui devrait conforter les entreprises qui font le choix de ce positionnement.

3/ En Europe, on constate une re-segmentation vers le haut des collections des tisseurs, qui permet de maintenir le chiffre d’affaires malgré des volumes en baisse.

4/ La dynamique du luxe, bien que ralentie depuis plusieurs saisons, soutient, elle, l’activité des tanneurs.

Lire l’analyse complète >