Les cuirs de poisson

Qui eut cru que cette fine peau qu’on retire habituellement dans son assiette puisse devenir un cuir à la fois souple et résistant ? « Plus résistant que du cuir de vache de même épaisseur » précise un spécialiste de la tannerie islandaise Atlantic Leather, initiateur au début des années 2000 et principal pourvoyeur de cette matière avec une production annuelle de 140 000 peaux. Essentiellement tanné au chrome, le cuir de poisson provient exclusivement de la pêche de saumon, morue, loup de mer et perche. Si le premier est reconnu pour sa finesse, le second l’est par son look moucheté tandis que le troisième arbore un aspect plus brut avec des grosses taches et le quatrième de larges écailles sur une peau plus épaisse. Encore rares, ces peaux sont appréciées des stylistes pour leur originalité et leur prix modéré (entre 8 et 13 euros le pied carré) et ne sont pas assujetties aux contraintes du CITES. Du reste, on les voit de plus en plus décorer des vêtements, des sacs et même des chaussures. De quoi nager dans le bonheur !

 

© ATLANTIC LEATHER – LODSKINN / PREMIERE VISION LEATHER

1 atlantic leather saumon
2 atlantic leather morue
3 atlantic leather loup de mer
4 atlantic leather perche