LE LACET

La Société Choletaise de Fabrication, entreprise française labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant, a fait du lacet une de ses spécialités. Elle relance d’ailleurs la production du lacet haut de gamme. Il s’agit de fabriquer un cordon sur les métiers bois, de la cirer ou glacer (selon le type de rendu souhaité) puis d’y poser les embouts (acétate ou métalliques). Les embouts en acétate sont proposés en différentes couleurs et même transparents. Ainsi rien de plus choc pour un lacet noir d’avoir un embout noir à l’aspect mat. Parmi leurs dernières innovations, citons le lacet coton effet cuir, il s’agit d’un fil de coton fin tressé sur métier bois, puis glacé. Ce qui donne un cordon ou lacet ayant un effet lisse comme un cuir. Pour répondre aux exigences de ses clients, la SCF propose des teintures de couleurs spécifiques sur la base d’un tissu, d’un cuir ou d’un code Pantone.

Un peu d’histoire ?

Le lacet haut de gamme, qu’est-ce que c’est ?

Le lacet haut de gamme date du XIXème siècle. C’est un lacet tressé de fils assemblés en plusieurs bouts selon le grain et le diamètre désiré. Ces fils sont bobinés sur des cannettes, puis montés sur des tresseuses, pour le lacet haut de gamme, il s’agit des métiers bois de 1900.

Les métiers bois permettent d’obtenir un grain fin et d’utiliser des matières nobles à fin titrage (c’est la mesure utilisée pour déterminer la finesse d’un fil) comme la viscose, la soie, le coton et le polyester brillant. Ces fils fins tressés sur les métiers bois, ne cassent pas du fait de la lenteur des métiers à tresser.

Ces lacets haut de gamme peuvent ressembler à du cuir. L’aspect cuir est dû à l’ennoblissement du cordon par un glaçage. Il consiste à préparer une mixture (à base de fécule de pomme de terre, notamment), de tremper le cordon dans la mixture puis de fixer le cordon sous forme d’écheveaux sur une de nos glaceuses ; machines anciennes tournant à 900 tours minutes. Le glaçage ne s’applique que sur le coton.

Les lacets pour les cérémonies et les soirées étaient souvent en soie puis à partir de 1900 en viscose (fil à base de cellulose de bois) avec des couleurs pouvant être vives. Cependant, nous ne savons pas si le violet est réservé aux évêques…

La dernière étape est la pose d’embout sur le cordon, à la longueur demandée. Cet embout peut lui-même être de plusieurs tailles et dans diverses matières.

Le lacet prend de la valeur au XIXème siècle grâce au ferret métallique posé sur les deux bouts du lacet afin de faciliter le passage dans les œillets. Les plus fortunés font poser des métaux précieux comme de l’argent ou de l’or. L’industrialisation de cet accessoire et sa démocratisation sont amenés par l’invention des embouts en acétate de cellulose vers les années 1970.

scfl 2
© SOCIETE CHOLETAISE DE FABRICATION
PREMIERE VISION ACCESSORIES HALL 4