Le Cloud of Fashion de Jean-Pierre Blanc

Le fondateur et directeur du Festival International de mode et de photographie à Hyères s’exprime sur la création et nous dévoile les coulisses du partenariat initié en 2011 avec le salon Première Vision.

Le Festival d’Hyères et le salon Première Vision ont décidé de remettre chaque année un prix en commun. Pourquoi un tel rapprochement ?

Il s’agit avant tout d’une aventure humaine. Philippe Pasquet, président de Première Vision et Didier Grumbach, président du festival d’Hyères, partagent une même vision de la création et ce partenariat est né d’une conviction commune. La mode ne peut exister sans les matières premières et son avenir passe par le soutien aux jeunes talents. C’est dans cet esprit que le grand prix du jury d’Hyères, qui récompense le finaliste du concours de mode, s’appelle désormais le prix Première Vision. Cette récompense offre une dotation importante, 15000 euros, mais notre engagement ne s’arrête pas là. Nous mettons également en avant la collection du lauréat durant l’édition Première Vision de juillet à New York, et celle de septembre à Paris.

Le salon propose également un accompagnement particulier aux candidats sélectionnés. En quoi réside-t-il ?

Première Vision leur réserve un accès privilégié durant la session de février et cette introduction à l’univers des matières se révèle toujours très précieuse dans la poursuite de leur projet. De plus, nous avons développé avec certains fabricants des partenariats spécifiques afin qu’ils encadrent plus particulièrement les candidats qui le souhaitent. Une expérience jugée très formatrice et d’ailleurs, la plupart des jeunes reviennent ensuite à toutes les éditions du salon.

Quelle place prennent les matières premières dans la création de mode ?

La création est un moment d’ouverture et de découverte. C’est un processus global dans lequel la sélection des matières joue un rôle capital. Ce choix constitue une étape cruciale dans la conception d’une pièce, l’établissement d’un modèle. Le salon Première Vision a conscience de ces enjeux et les créateurs en font un rendez-vous incontournable car ils savent qu’ils trouveront là une occasion unique, de découverte et d’inspiration.

Quel rôle jouent Première Vision et le Festival d’Hyères dans la jeune création ?

Nos deux institutions ont choisi d’investir massivement sur la nouvelle génération. Nous soutenons les jeunes talents, leur offrons une visibilité, enrichissons leur réseaux…. Avec une même conviction : l’avenir de la mode passe par l’avant-garde.

En savoir + sur le Festival d’Hyères =>

En savoir + sur Vanessa Schindler, gagnante du Grand Prix Première Vision 2017 du Festival d’Hyères=>