Fantaisies borderline

(Photo : Dutel Création)

Casser les frontières, déjouer les règles, oser l’impertinence, l’oxymore et le paradoxe : voici les mots d’ordre de la nouvelle saison graphique Printemps-été 17, construite sous le signe de l’excès et de la provocation.

Alors que le Musée d’Art Moderne de Paris vient de mettre à l’honneur le talent inoxydable d’Andy Warhol, les designers textiles n’hésitent pas à s’emparer des modèles de l’art du passé pour en pervertir les formes et en récrire les codes : bariolés, déjantés, audacieux, les nouveaux motifs issus de cette recherche d’originalité tous azimuts seront fièrement excentriques, joyeusement borderline.

Le designer Sarah Corynen (Designs), elle, se plaît à dicter les tendances plutôt qu’à les suivre : ses motifs stylisés mimant le collage pourraient rappeler l’art brut de par leur trait simplifié, mais elle pourraient aussi faire écho aux recherches de David Hockney et des Nabis, de par un usage particulièrement expressif de la couleur. “In My Tropical Garden”, le dernier projet signé par ce designer belge, résume bien l’esprit d’une recherche qui fait fi des frontières pour dicter ses propres règles : les plantes, les oiseaux et les fruits sortis tout droit de son jardin édénique sont beaux, grands et colorés comme un rêve, un conte de fées mâtiné d’une douce folie.

SarahC

 

Chez Dutel Création (Fabrics), ce sont les couleurs très vives, presque fluo, et les contrastes d’échelle entre micro et macro qui viennent injecter un zest de folie dans des motifs figuratifs et gestuels pouvant faire écho tant aux impressionnistes qu’au pop art.

Dutel1

 

L’échelle macro et les couleurs hyper-vitaminées sont aussi les ingrédients phare des recherches récentes du Studio Primka de Carla Primiceri (Designs), qui joue de l’irrévérence et du mélange de styles par des motifs figuratifs animaliers, floraux et ethniques frôlant volontiers l’abstraction et le libre caprice gestuel.

primka