Cuir et technologie

Industrie ancestrale au savoir-faire immémorial, le secteur du cuir n’en est pas moins à la pointe de la modernité grâce à une actualisation permanente de ses techniques notamment grâce aux technologies nouvelles. Que ce soit pour améliorer les process de fabrication, créer de nouveaux articles encore plus innovants ou tout simplement adapter le cuir à la vie contemporaine, ses professionnels font appel aux technologies les plus pointues.

 

Pour des articles différents et innovants

Grâce aux nouvelles technologies, l’industrie du cuir peut innover en permanence pour créer des articles différents à même de renouveler les collections des marques de mode.

Entièrement automatisée, la perforation au laser transforme le cuir d’une façon inégalable par les méthodes traditionnelles comme le poinçon. Le motif – le plus complexe soit-il – est créé ou scanné et numérisé et enregistré par un ordinateur qui va le transcrire en programme informatique. Lequel ordinateur commande le rayon laser à partir de ce programme pour reproduire le dessin. « La finesse du rayon permet une précision et une sophistication de la perforation impossibles par une autre méthode » note un interlocuteur de Conceria Vignola. « La méthode est très rapide et elle ne provoque pas d’usure ni de déformation du support pouvant le fragiliser » ajoute un confrère de Bopell.

2 bopell
Cuir perforé au laser de ©Bopell

L’impression digitale fait bien sûr aussi appel à l’informatique, d’abord pour la création du motif. En amont de l’impression elle-même, un travail d’infographie permet de créer ou de préparer l’image sur un logiciel pour l’adapter à l’utilisation qu’on souhaite en faire. Elle peut être recolorisée, redimensionnée, redessinée selon le résultat visé. L’ordinateur relié à l’imprimante traduit la lecture du motif et déclenche les jets d’encre qui vont imprimer la matière. Mais, grâce à des référencements préalables d’étalonnage, la machine reconnaît le support, l’identifie et ajuste l’impression en fonction de sa surface et de son épaisseur.

La précision procurée par la technologie permet également au refendage d’atteindre des degrés de finesse de la peau inimaginables il y a quelques années. « La machine, qui coupe la peau dans son épaisseur, est guidée par un automate. Son réglage change selon la variété de la peau, son type de tannage, son épaisseur et dépend encore beaucoup de l’expérience et de la compétence du technicien. Mais l’électronique est aussi là pour détecter les problèmes, les pannes de moteur, les déréglages. Avant l’apparition de la technologie, on travaillait au millimètre. Maintenant, on ajuste l’épaisseur au dixième de millimètre et peut descendre celle-ci à 0,1 mm. Et on refend sans marque de couteau ni relief » déclare Fatima Valentin de la société Eureka spécialisée dans l’amincissement de cuir.

 4 EUREKA
Grâce à la technologie, le refendage peut atteindre des épaisseurs infimes ©Eureka

Retour gagnant

Inversement, le cuir peut aussi se mettre au service de la technologie et faire profiter de ses vertus protectrices tous les appareils de nos vies connectées.

Grâce au cuir conductible, il n’est plus nécessaire d’ôter ses gants pour manipuler son téléphone à écran tactile. Grâce à l’introduction en cours de process d’un composant chimique spécifique – dont la nature ne nous est légitimement pas révélée – le cuir ne fait plus barrière au toucher, et la pression et les charges du doigt sont transmises aux capteurs de l’écran. « En fait, tout le process de production de notre cuir Easy Touch (tannage et finissage) est conditionné par cette fonctionnalité, précise Caroline Krug des Tanneries Pechdo. Nous avons fait des tests prouvant sa tenue dans le temps et sa résistance à la pluie et au soleil. Cet article est disponible en agneau, chèvre ou flanc de bovin et pour l’instant en noir uniquement. Mais d’autres coloris sont actuellement en développement. Les gants en cuir Easy Touch peuvent être doublés de n’importe quel textile ».

9 pechdo
Gants en cuir conductible des ©Tanneries Pechdo

Matériau de contenance par excellence, le cuir abrite nos précieux outils technologiques dans toutes sortes d’étuis aussi protecteurs qu’élégants. Comme un contrepoids à la froideur de ces instruments, le cuir apporte la sensualité de son toucher et le symbole de son origine. « Pour ma ligne de housses pour i-phone, i-pad et macbook, j’ai choisi le cuir de taurillon à la fois souple, résistant et agréable au toucher, indique Mathieu Bounie, fondateur de la marque d’accessoires Monsieur Galant. Je le double de cuir de chèvre velours et recouvre les tranches de trois ou quatre couches de teinture pour une meilleur impression en main ». Le cuir végétal peut aussi s’associer à la technologie pour encore plus de contraste entre la modernité et la tradition selon la technique séculaire du moulage. « On peut fabriquer une coque avec un cuir végétal d’environ 2 mm d’épaisseur, qu’on humidifie puis qu’on moule sur une forme et qu’on sèche en étuve, assure le responsable de la tannerie suédoise Tarnsjo. Le cuir végétal présente l’avantage d’être plus stable que le cuir de tannage minéral ». Le juste retour d’un matériau réputé pour ne pas être ingrat !

10-Mr-Galant
11-Mr-Galant
Housse de téléphone et pochette pour macbook en taurillon © Monsieur Galant

PREMIERE VISION LEATHER HALL 3